Revue de presse : Les 10 infos marquantes d'avril

02/04/2024
journaux-pile-660bd8ae130a0593004954.png

Vous ne lisez pas le Dauphiné Libéré, mais les infos marquantes vous intéressent ?

Chaque mois, le média ici Grenoble vous propose la ''Grevue de presse'', une sélection d'infos courtes et percutantes glanées dans la presse locale ou dans nos réseaux.

Au menu d'avril : Coup de tonnerre pour le Métrocâble, le secret des Musclors de Grenoble, l'achat collectif de forêts, une fête néonazie en Isère, une surtaxe pour les SUV et plein d'autres infos.

Bonne lecture !

* * *

LE MÉTROCÂBLE BIENTÔT ABANDONNÉ ?

Coup de tonnerre pour le projet Métrocâble : l'enquête publique se conclut par un avis défavorable. Dans son rapport final, la commission d'enquête juge le tracé de Fontaine à Saint-Martin-le-Vinoux complexe et coûteux, les solutions alternatives insuffisamment approfondies, un gain de temps de transport hypothétique et ne bénéficiant qu’à un nombre trop faible de personnes. Rares sont les enquêtes publiques se soldant par un avis aussi tranché et critique.

Suite à ce désavoeu officiel, que vont décider les promoteurs du Métrocâble ? La Métropole et le Syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise vont-ils abandonner ou retravailler le projet de fond en comble ? 5 millions d'euros d'argent public ont déjà été dépensés en études sur ce chantier estimé à 65 millions d'euros pour 23 pylônes et 3,5 kilomètres de câbles.

Pour fêter cette victoire, le collectif Stop Métrocâble organise une vélorution puis un goûter festif samedi 13 avril.

(Dauphiné Libéré, 28/03/24, 29/03/24)

* * *

ACHETER UNE FORÊT COLLECTIVEMENT

Acheter à plusieurs une forêt pour la protéger des promoteurs, des bûcherons-saccageurs et des chasseurs, ça vous tente ? Ces dernières années, des Grenoblois-es et des Lyonnais-es créent des groupements forestiers pour acquérir et préserver des forêts en Isère.

En seulement trois ans, les 90 associé-e-s du groupement Green Forest ont acheté plus de 85 hectares de forêts, principalement dans le Vercors. Créé en 2020, le groupement Cerf Vert réunit plus de 250 associé-e-s et possède quatre forêts en Auvergne-Rhône-Alpes. 20% des parcelles sont en "libre-évolution", pour favoriser la biodiversité et l'écosystème forestier.

Combien coûte une forêt ? Le prix d'un hectare varie de 3 000 à 10 000 euros, en fonction de la fertilité et de l'accessibilité des terres.

(Dauphiné Libéré, 28/11/23)

* * *

QUI CONTAMINE NOTRE EAU POTABLE ?

Ces dernières semaines un peu partout en France, les révélations se multiplient sur la contamination de l'eau du robinet aux PFAS, ces polluants éternels d'origine industrielle.

Et dans l'agglomération grenobloise ?

En 2022, une étude hydrologique révélait la toxicité impressionnante de la nappe phréatique sous Grenoble, et le début de contamination de la nappe alimentant l'agglomération en eau potable. Tous les regards se tournent vers les agriculteurs intensifs, les plateformes chimiques de Pont-de-Claix et de Jarrie. Chaque jour, Arkema déverse l'équivalent de 33 piscines olympiques d'effluents dans la Romanche, à quelques centaines de mètres des champs captants de Rochefort.

Suite à ces révélations, la ville de Grenoble lance trois procédures judiciaires :

1. Une procédure administrative contre la Préfecture de l'Isère, pour qu'elle cesse d'autoriser Arkema à polluer la Romanche.

2. Une constitution en partie civile pour appuyer deux enquêtes du procureur de Grenoble sur les rejets d'Arkema et les activités irrégulières de carriers dans le lit du Drac.

3. Une plainte contre X pour demander à la justice d'étudier la responsabilité pénale des industriels pollueurs de l'eau sous Grenoble.

Ces trois procédures vont-elles aboutir ? Qui osera défier Arkema, la FNSEA et les géants de l'industrie chimique ? Des collectifs écologistes vont-ils s'emparer du sujet pour mener des actions choc, comme Extinction Rebellion à l'usine Arkema de Lyon il y a quelques semaines ?

Pour en savoir plus sur la pollution des nappes à Grenoble, c'est ici.

(Dauphiné Libéré, 23/03/24)

* * *

SUCCÈS DE LA MANIFESTATION CONTRE ST MICRO ET SOITEC

La manifestation du samedi 6 avril contre l'agrandissement des usines ST Micro et Soitec a rassemblé 2 000 personnes selon le collectif Stop Micro, 850 selon la police.

Lundi 8 avril, une centaine de militant-e-s ont également bloqué la Presqu'île scientifique pendant une heure, en distribuant des milliers de tracts contre l'accaparement des ressources par les industries du numérique et "la vie connectée".

Depuis un an et demi, le collectif Stop Micro réalise des enquêtes et un travail argumentaire exceptionnels. Comment cet élan va-t-il se poursuivre ? Peut-on faire dérailler un projet à 7 milliards d'euros soutenu par les autorités, les industriels et la majorité des classes aisées ? Face au désastre climatique et à la pénurie d'eau prévue en Isère, comment stopper ST Micro et les "méga-pompeurs" de la Silicon Valley française ?

(Dauphiné Libéré, 07/04/24)

* * *

LE SECRET DES MUSCLORS

Comment ressembler à Schwarzenegger ? Comment doubler voire tripler sa masse musculaire ? Le Culturisme est un art difficile, qui nécessite des efforts intenses, une alimentation et une hygiène de vie strictes. Mais il existe un plan B bien connu des salles de musculation : les stéroïdes anabolisants.

En se dopant au stanozolol, au clenbutérol, au dianabol et autres produits interdits en France, il est possible d'augmenter sa masse musculaire de façon impressionnante en quelques mois, sans faire très attention à son alimentation et à son rythme de vie. C'est le secret de polichinelle de la plupart des influenceurs très musclés sur Youtube. Qui ne parlent évidemment jamais des graves risques pour la santé.

Combien de Musclors sont dopés aux stéroïdes dans l'agglomération grenobloise ? Deux hommes viennent de comparaître devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour trafic d'anabolisants commandés en Chine et conditionnés aux États-Unis. 44 000 gélules ont été retrouvées dans leurs domiciles. Les gains de ce trafic approchaient les 2000 euros par mois.

(Dauphiné Libéré, 25/03/24)

* * *

LA GREMORRA CONTINUE

Vous marchez tranquillement cours Berriat, le 18 mars vers 18h30. La rue est animée, comme tous les jours. Soudain, un puissant scooter approche. Son passager sort une arme et tire sur deux passants. Panique totale. Quelques jours plus tôt, le 5 mars, un homme est abattu rue de la Viscose, à Échirolles. Le 17 février, un autre homme est fusillé en pleine rue à Saint-Martin-d'Hères.

Fusillades, intimidations, assassinats en pleine rue : rares sont les mois sans une scène tragique digne de la série Gomorra à Grenoble. On est encore loin des 50 mort-e-s et 150 blessé-e-s graves par an comme à Marseille. Mais ici comme ailleurs, la guerre du deal est là, touchant les populations les plus défavorisées.

Les enjeux économiques sont énormes. Le commerce de la drogue rapporterait plus de 30 millions d'euros par an dans l'agglomération grenobloise. À lui seul, le point de deal de la place Saint-Bruno générerait 30 000 euros par jour.

Tout ça pour qui ? 30 000 à 40 000 habitant-e-s de l'agglomération consommeraient régulièrement du cannabis, 15 000 à 20 000 de la cocaïne ou des drogues de synthèse. Une consommation festive, mais aussi souvent anxiolytique, pour supporter des douleurs, un travail pénible, ou augmenter ses performances au bureau.

Face à cette réalité massive, faut-il multiplier les opérations places nettes XXL ? Faut-il légaliser comme en Allemagne ? Que faire ?

Pour une réflexion sociologique sur le marché de la drogue, nous vous recommandons les enquêtes passionnantes de Philippe Pujol sur Marseille et tous les ouvrages de Roberto Saviano.

(Dauphiné Libéré, 19/03/24, 20/03/24, 21/03/24, 14/10/23)

* * *

UNE SOIRÉE NÉONAZIE EN ISÈRE

Le 24 février, un concert à la gloire du Troisième Reich a rassemblé plus de 150 personnes à Vézeronce-Curtin, petite commune près de la Tour-du-Pin. Un organisateur du festival Call of Terror avait loué la grande salle communale "pour fêter un anniversaire". Effectivement, le 24 février 1920, Hitler créait le NSDAP. Choqué, le maire de la commune a porté plainte.

Voici donc la France de 2024. 13 à 15 millions d'électeurs du RN. Plus de 5 000 militants d'extrême-droite organisés et violents. Et des groupuscules néonazis.

(Dauphiné Libéré, 26/02/24)

* * *

UNE FRIPERIE DANS UN LYCÉE

Une friperie solidaire vient d'ouvrir dans le lycée Vaucanson, à l'initiative de la CPE. Les 1 200 lycéen-ne-s peuvent y chiner des vêtements, des chaussures et des accessoires à tout petit prix. Et même gratuits pour les élèves les plus précaires.

La friperie est alimentée par des collectes auprès des parents et des élèves. Les bénéfices serviront à financer des projets de la Maison des Lycéen-ne-s.

(Dauphiné Libéré, 26/02/24)

* * *

LES SUV SURTAXÉS

Un tout petit pas vers l'interdiction des SUV ? Depuis le 1er mars, les voitures essence ou diesel de plus de 1 550 kg et les voitures électriques ou hybrides de plus de 1 800 kg voient leurs abonnements majorés de 10% dans les 21 parkings gérés par la Métropole de Grenoble.

Pour un propriétaire de SUV, cette surtaxe représente 70 à 120 euros par an. Les parkings relais ne sont pas concernés.

(Dauphiné Libéré, 12/03/24)

* * *

PAS ASSEZ DE LOGEMENTS SOCIAUX

En 2000, la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) imposait aux communes de plus de 3 500 habitant-e-s de disposer d'au moins 25% de logements sociaux. Ou de payer des amendes.

25 ans après, où en est-on dans l'agglomération grenobloise ? La plupart des communes de gauche ou peu fortunées respectent voire surpassent les objectifs de la loi SRU (45% à Echirolles, 40% à Saint-Martin-d'Hères, 32% au Pont-de-Claix...). Les communes les plus aisées préfèrent les amendes aux HLM (18% à Meylan, 12% à Claix, 17% à Seyssins...). Avec seulement 13% de logements sociaux, Seyssinet a payé 3,5 millions d'euros de pénalités entre 2014 et 2021.

Depuis 25 ans, les besoins ne font pourtant qu'augmenter. Plus de 18 000 dossiers sont en attente dans l'agglomération grenobloise.

Face à la pénurie de logements sociaux, quelle est la solution ? Durcir la loi ? Au contraire, le gouvernement vient d'annoncer une diminution des amendes si les communes concernées construisent des logements dits "intermédiaires", accessibles aux 2 à 3% des ménages les plus aisés parmi les demandeurs d'HLM. Encore une loi au profit des plus riches.

Pour connaître le pourcentage de logements sociaux dans chaque commune, c'est ici.

(Dauphiné Libéré, 04/03/24)

* * *

GAZA ET TÉNACITÉ

17 manifestations pour la paix en Palestine depuis le 7 octobre à Grenoble. 17 ! Avec, selon les jours, 500 à 3 000 manifestant-e-s. Une ténacité à la hauteur de la torture mentale que représentent les massacres pour toutes les personnes qui ont des proches en Israël et en Palestine, pour toutes les personnes éprises de justice et de démocratie.

Malgré cette ténacité grenobloise, pourquoi si peu de mobilisations en France ? Qui arrêtera les massacres ? Un changement de gouvernement en Israël ou aux États-Unis ? Des pressions internationales ? Un puissant mouvement social ?

Pour mieux comprendre ce cauchemar et des solutions possibles, voici une sélection d'analyses et de paroles fortes :

- Les analyses de Charles Enderlin (une histoire du conflit Israël/Palestine)

- Les analyses de Saïd Bouamama (une vision internationaliste et révolutionnaire)

- Les analyses de Judith Butler (pour la paix révolutionnaire en Palestine)

- Les analyses de Mona Chollet (une vision féministe et engagée)

- Une analyse critique de l'Armée israélienne (et du Hamas)

- Les analyses de Shlomo Sand (une vision de la gauche israélienne)

- Que dire des médias en France ?

* * *

Cette revue de presse vous a intéressé ?

Nous vous recommandons la revue de presse de mars 2024 sur la vidéosurveillance click and collect, les logements vides dans l'agglomération, la sécurité sociale de l'alimentation bientôt à Grenoble, les effets de la gratuité des bibliothèques et plein d'autres infos.

Vous trouverez également dans la revue de presse de février 2024 plein d'infos concernant les menaces sur l'eau potable de Grenoble, le boum du vélo dans l'agglomération, les explosions dans l'usine Arkéma, les effets du blocage de l'A480 et plein d'autres infos locales.

N'hésitez pas à consulter aussi la revue de presse de janvier 2024 sur le contenu de l'algorithme secret de la CAF Isère, l'encadrement des loyers dans l'agglo, un système de racket généralisé dans le secteur BTP, les coulisses de ST Micro, une bonne nouvelle pour 2027 et plein d'autres infos locales.