Le Plan B

Réseau d'auto-organisation post-catastrophes

Le Plan B est un réseau d'habitant-e-s de l'agglomération grenobloise convaincu-e-s qu'en cas de catastrophe climatique ou industrielle, l'État, les collectivités locales et les principales forces d'intervention (pompiers, SAMU, gendarmerie, armée) seront défaillants, ou n'hésiteront pas à sacrifier une partie de la population au nom de la Raison d'État.

Le Plan B souhaite donc mettre en place un plan d'urgence auto-organisé, afin de moins subir les effets d'une catastrophe.

Ce projet a été imaginé par quelques Grenoblois-es ayant étudié de manière approfondie les catastrophes d'AZF, de Fukushima et de l'ouragan Katrina, mais s'étant également documenté-e-s sur les plans d'urgence de l'État français, notamment en cas de catastrophe nucléaire.

On raconte que la découverte par l'une des membres du Plan B de la nullité consternante du Plan Particulier d'Intervention des institutions en cas d'accident grave du réacteur nucléaire de l'ILL, pourtant à quelques kilomètres du centre-ville de Grenoble, a joué un rôle de déclencheur.

Les objectifs concrets du Plan B -dont le nombre de membres est inconnu- sont les suivants :

- Se former aux premiers secours, aux principales techniques de survie et de combat rapproché.

- Prévoir des points de ralliement en cas de catastrophe.

- Disposer sur ces points de ralliement du matériel médical et de survie, afin de répondre aux premières urgences des membres du Plan B.

- Prévoir des moyens de déplacement et de secours, afin de venir en aide à un maximum de personnes dans l'agglomération.

- Organiser des groupes de combat autogéré, pour contrer des groupes mafieux (généralement les plus organisés, les plus réactifs et les plus opportunistes suite aux catastrophes), mais aussi pour s'opposer, au moins pour l'honneur, à certaines mesures de l'État (qui par exemple déciderait de confiner les populations autour d'une centrale nucléaire accidentée).

Le Plan B imprime et diffuse des brochures expliquant la démarche du réseau, les principales catastrophes prévisibles dans l'agglomération grenobloise, les incuries de l'État, l'importance de se préparer de manière autogérée. Ces brochures connaissent un succès grandissant, grâce au bouche-à-oreille.

La grande majorité des membres du Plan B sont engagé-e-s par ailleurs dans des mouvements anticapitalistes, écologistes, féministes ou anti-industriels. Ils et elles sont convaincu-e-s que le système politique et économique actuel mène l'humanité à sa ruine, et qu'il faut donc non seulement s'opposer de toutes ses forces aux Pouvoirs en place, mais également anticiper les graves crises à venir.

ATTENTION, LE PLAN B N'EXISTE PAS !
IL S'AGIT D'UN CAUCHEMAR DE L'ASSOCIATION ICI GRENOBLE...

MAIS QUI SAIT, UN JOUR...

A voir aussi

Une erreur ? Un complément à ajouter ? Signalez-le nous !

Vous souhaitez faire une autre recherche ?

ou Faites une recherche par thème